L'ex-Président

La chiraquie en charpie ?

Le couperet est tombé. Le rattrapage :

A cette étonnante longévité politique, de la Corrèze, dans les Ministères, la Mairie de Paris, Matignon  - l'Elysée.

S'ajoute maintenant le renvoi en correctionnelle pour des emplois fictifs à la Mairie de Paris. Ces faits sont antérieurs à sa Présidence. Il est un justiciable comme chacun(e)d'entre nous.
L'ombre provient de l'immunité pendant ses deux mandats (douze ans) à l'Elysée.

Il en a usé, surtout abusé. Pensant que le temps aidant, tout passerait à l'as. Qu'il était intouchable.

Cette décision qui frappe Jacques Chirac sonne comme un double rappel : nul ne doit être au - dessus des lois, le temps ne vaut pas prescription, ni impunité.

Cette décision a été possible grâce à une juge d'instruction indépendante du parquet. Celui - ci avait décidé d'un non lieu. Merci et bravo à Xavière Simeoni.

L'ironie de l'histoire ou le paradoxe veut que le cas Chirac ressemble aussi à un chant du cygne. Celui du juge d'instruction indépendant appelé à disparaître dans le projet gouvernemental.

D'où attention à la suppression du juge d'instruction voulue par Nicolas Sarkozy et la Gouvernance.

L'immunité pénale dont il a bénéficié pendant ces mandats élyséens explique le retard dont certains(es) font mine de s'offusquer au motif qu'il a droit à la tranquillité. La fonction présidentielle est trop protégée.

Cette affaire des emplois fictifs du RPR à la Mairie de Paris qui ressort n'est qu'une goutte d'eau : Eurolair - Les affaires des marchés publics d'Ile-de-France - L' affaire des HLM de la Ville de Paris - La Sempap - Les frais de bouche( la bouffe) - les faux électeurs des 3° et 5° arrondissements de Paris - En filigramme : Clearstream - Angologate.

Les affaires ont commencé en Corrèze à Sarran lorsqu'il acquit son "Chateau" à Bity, par l'acquisition d'un terrain attenant à sa propriété. Le doigt avait plongé dans la confiture, cette confiture était excellente, alors : d'autres suivront.

Ne pouvant aller chez la Makayette en ex - chiraquie, ceci pour une raison très personnelle dans l'immédiat, je me substituerai à elle pour cette nouvelle rubrique.

Au moment où cette affaire resurgit, je vais joindre la lettre de la Makayette à son cher Jacques, c'était dans les premiers mois de 2003 :

Mon cher petit frère, mon petit Jacky,

Pendant plusieurs décennies nous étions d'une grande famille, lorsque tu as déboulé, au début nous t'avons accueilli nos bras grands ouverts. Les notables, ceux et celles d'en haut t'ont pris en main, ceux et celles du milieu étaient mitigés, ceux et celles d'en bas t'ont porté aux nues, tu as été élu dans cette Haute Corrèze avec d'anciens communistes qui ont été trahis en 39 - 40. Mon père était un militant communiste actif, la guerre, l'occupation, il est devenu gaulliste, la résistance, la suite logique à l'époque, toutefois pas évidente.

Nous t'avons élu sous certains critères : ta jeunesse et ta fougue, ton ambition et ton orgueil, ta morale et ton honnêteté, ta simplicité et ta cordialité, tes gestes chaleureux, il faut aussi reconnaître ta baraka, tu étais notre nouveau corrézien (notre de Gaulle à nous), pour nous élever, nous sortir un peu de notre train - train quotidien, tu étais porteur de nouvelles pratiques politiques : par la démocratie locale, la proximité, la morale, la transparence.

En plus tout ceci, pour se battre pour nous, c'était exaltant. Tu devais le faire pour notre Pays tout entier, sans écouter aux différentes portes. Les corréziennes et les corréziens sont accueillants et chaleureux, nous en avons fait la preuve avec les réfugiés espagnols, puis les lorrains, puis d'autres moins connus. Tu n'étais pas réellement corrézien, malgré des racines corréziennes.

Ton parcours, très bien, malgré les nœuds de vipères, les paniers de crabes, les peaux de bananes, les bassesses, les arrivistes, les courtisans(es), les hauts, les bas, etc., avec ta baraka tu es arrivé au sommet, en ouvrant sans trop de filets.

Bravo l'artiste.

Je m'adresse à toi en tant que citoyen, éventuellement comme ex - élu de la Haute - Corrèze.

Quant à nous, nous sommes restés dans notre pays, nous avons survécu, disons "en vivotant".

En quelques heures, j'ai été projetée dans un autre monde avec ce que vous (les gens d'en haut) appelez pompeusement les Nouvelles Technologies, qui se résume pour moi à l'Ordinateur et Internet. Il faut que je redescende sur terre, cela est tellement magique, je n'ai pas d'autres mots à dire.

Auparavant mon mari avait été à Sarran pour nos affaires, il y a rencontré celui que je considère plus qu'un ami, plus qu'un copain, plus qu'un frère, depuis que je vais sur son Site je découvre un autre bonhomme, où il résume nos conversations. Il les a édulcorées, moi, je suis plus tranchante. Dans ma tête, il est mon "jumeau".

A sa façon, il s'est battu, il ne révèle pas tout, les magouilles, les emmerdes il connaît, il est intarissable sur les quatre mots qu'il a dit à son patron à son retour du Zaïre. Je pense fortement qu'il a raison, il faut bien faire l'analyse du contenu.

En effet, je suis totalement ignare, sur la technique et la technologie, et bien "d'autres choses", dont je reconnais qu'elles peuvent apporter un certain bien être, peut - être un certain bonheur avec plus de maîtrise. Par contre, sur les individus (es), sur la société, c'est notre vie de tous les jours, là, je veux m'exprimer positivement. Le bla-bla-bla, ce n'est pas mon truc.

Notre Société doit être reconstruite de fond en comble, il est grand temps. C'est l'Internet qui apportera des solutions, il y aura les crocs-en-jambe, les privilégiés sont à l'affût pour tirer sur tout ce qui bouge.

Mes gamins (es) m'ont dit : tu veux t'exprimer, c'est très bien, nous avons besoin d'idées et de conseils par des personnes comme toi, nos parents sont dépassés. Un journal, un magazine, une revue il faut l'acheter, puis le lire. Après, on jette, c'est la poubelle, c'est fini, on oublie. La radio et la télé sont entre les mains de quelques uns (es). Sur Internet c'est plus durable, plus facile, nous nous surfons. Vois avec votre copain il a deux pages pratiquement vides : réflexions et questions-dialogues. Alors ! vas - y.

Ton copain Bongo, a son "Makaya"dans un journal, moi, je serai la "Makayette" sur Internet de celles et ceux d'en haut (pas sûr), d'en bas oui, évidemment du milieu (oui et non). Ceci n'est - il pas beau ? Une paysanne corrézienne, sans instruction, fille de la gauche prolétarienne (non caviar des salons), celle d'en bas : dans l'espace ou les tuyaux. Rassure - toi, la tête n'enflera pas.

Pour m'exprimer, je poserais des questions, aux questions précises, des réponses précises, deux et deux font quatre, et non trois ou cinq, c'est très simple. Je ferai certainement des erreurs.

Tout ceci sur le Net, ce n'était pas pensable il y a seulement quelques jours.

J'essayerai de faire le moins de fautes possibles, afin que mon français soit acceptable, c'est tout pour ces jours - ci.

J'allais oublier, tu envisages un autre quinquennat, j'y reviendrai certainement.

Il faudrait que tu ailles te ressourcer seul sur le Puy de Sarran (le Calvaire), la solitude de ce lieu et l'horizon, te permettrais d'effectuer un retour en arrière, en analysant : le chemin parcouru avec les côtés positifs, les erreurs - les côtés négatifs, comment les rectifier, les avouer (c'est moins facile). Là, j'ai une idée ?

Faire passer la pilule, après c'est la libération, le fardeau ne pèserait plus dans la tête, ni sur les épaules.

Jean vient de me rappeler que tu avais dit, la femme idéale est la femme corrézienne, celle de l'ancien temps, dure à la peine, qui sert les hommes à table, ne s'assied jamais avec eux et ne parle pas.

Je réponds :

Il n'y a pas que la femme corrézienne d'idéale, il y en a partout en France et dans le monde. Dure à la peine, je le revendique, de plus elle a un profond respect d'elle - même, d'où elle respecte les autres. Servir les hommes à table, c'est elle qui fait la cuisine, la table familiale se trouve dans la cuisine, alors !

Elle ne s'assied jamais : peut - être moins que d'autres, par contre, pas d'accord, elle parle car elle analyse et fait la synthèse rapide des événements. Elle s'exprime, elle voulait s'exprimer, elle était bloquée, cadenassée dans un rôle de servante par ceux d'en haut. Mes "petits cocos", c'est fini, vive Internet, et la parole avec mes autres sœurs.

A très bientôt.

Bien à toi mon petit frère, citoyen corrézien.

La Makayette


La Foire de BRIVE

Le livre mémoire,

Chaque pas doit être un but, Mémoires.


Rien d'extraordinaire, ses ancêtres, son adolescence, ses études, sa vie privée, les égratignures envers Giscard, Balladur. Un hommage à Mitterrand, une glissade pour Sarkozy, rien de nouveau.

De l'affection pour Georges Pompidou et de Gaulle.

A la Foire du livre de Brive le samedi 07 novembre 2007, il est évident que les "fans", les inconditionnels(les) sont venus(es) pour le voir, repartir avec un ou plusieurs livres, une dédicace dans la bousculade.

Retour à la maison satisfait(e), pour le lire et apprendre quoi ?.

Le vrai Chirac est tellement compliqué avec ses multiples facettes : La Corrèze - La Mairie de Paris - L'Elysée - La politique - Les affaires - Les poursuites judiciaires, etc.

Son parcours est bien difficile à suivre, avoir un jugement adéquate relève de la quadrature du cercle.

C'était le zénith Corrézien de Chirac.

Pour lui et ses affidés(es), l'heureuse époque du Chiraquisme.

Toutes et tous étaient présents dans ces réunions de fin de semaine.

20 août 2010

Les complicités politiques négocient en catimini avec la Mairie de Paris pour retirer la plainte.

L'UMP s'engageant à rembourser  une grande partie. Jacques Chirac remboursant le complément.

Il y a eu un accord entre l'UMP et la Mairie de Paris . C'est inconcevable.

Cet accord est très grave, il classe la politique fonctionnant comme une caste. Cela confirme les sentiments des inégalités des citoyens devant la loi.
Des jeunes se font condamner en correctionnelle à de la prison ferme pour vol d'un disque. Même s'il est restitué. 

Nous sous - estimons l'intelligence des Françaises et des Français en prenant le risque d'accroître le désamour qu'ils ont pour leurs hommes politiques. C'est un très mauvais accord et ce contrat au très haut niveau, ce qui se traduit une fois encore par le mépris de la justice.

Cet accord et contrat sont choquants. En faisant payer l'UMP, c'est mettre à l'abri les personnes qui ont profité et bénéficié des emplois fictifs. Ces personnes ont reçu des rémunérations sans rien faire, le seul motif était, qu'ils avaient des relations avec  des connaissances bien placés. La morale dans tout ça ???.

C'est encore une faute politique. En faisant cela le Maire n'a pas joué la carte des institutions. On ne peut pas laisser croire à un acte normal de gestion. La ville a passé un contrat avec l'UMP pour se faire rembourser, du même coup elle est devient  receleuse d'abus de confiance, car l'argent de l'UMP provient des militants, mais aussi des contribuables.

Les avocats, celles et ceux qui ont négocié ne peuvent pas ignorer cela.

Les grands perdants dans cette histoire sont les parisiennes et les parisiens qui vont payer deux fois, la première avec des fonds détournés et maintenant avec l'argent reversé.

Cela  s'apparente à un détournement de fonds, car l'argent versé par les militants à une destination bien définie qui n'est pas de payer les dettes de l'ancien président.

À la limite cela aurait été compréhensible si le RPR avait effectivement bénéficié de cet argent. Or, nous le répétons, il s'agit de particuliers.

Ce n'est pas comme si Jacques Chirac et les personnes qui ont profité de ces emplois fictifs n'étaient pas solvables. C'est  évident, cette reconnaissance de dette est une reconnaissance de culpabilité.

Sans partie civile, on va très vite voir le déséquilibre au procès. Surtout, que l'on sait déjà qu'il n'y aura pas de soutien pour soutenir l'accusation.

Une suite judiciaire est-elle encore envisageable ?.

C'est possible, nous n'y croyons pas, la justice est noyauté. Il est peu probable que le Procureur de Paris engage une enquête pour abus de confiance. Seuls les cotisants de l'UMP pourraient le faire. Le mince espoir serait que le Conseil de Paris invalide cet accord.

Cela va dépendre, comment se déroulerons les débats ?. Le Conseil  de Paris fera - t - il machine arrière ?. C'est tout l'enjeu politique. 

L'UMP commet un détournement de fonds et un abus de pouvoir, étrange manière de régler un délit et en commettre deux autres. La France a besoin d'avoir d'hommes éthiques et compétents.

Cela suffit, elle n'a pas besoin des personnes qui soient irresponsables et irrespectueuses des Françaises et des Français. 

08 septembre 2010

C'est fait, l'UMP va rembourser la Mairie de Paris pour 3/4, le solde 1/4 par Jacques Chirac. C'est inadmissible Jacques Chirac et sa famille ont vécu pendant plusieurs décennies aux frais de la princesse. Il est loger gratuitement par ses amis Libanais. Il a assumé ce reliquat des emplois fictifs, il n'a qu'à régler la Mairie de Paris.

C'est simplement "dégueulasse". Encore contre la politique : Tous pourris.