Audiovisuel

Télécratie ou Télévision ?



La PENSÉE UNIQUE AUDIOVISUELLE, sa DICTATURE :

Nous resterons dans la Télécratie, ou voudra-t-on faire simplement de la vraie Télévision ? Les Téléspectatrices et les Téléspectateurs attendent beaucoup mieux de la Télévision. Celle-ci ayant le pouvoir, de communiquer, de fasciner, de subjuguer, surtout pas n’importe comment, hélas, ce n’est pas malheureusement le cas, surtout en 2009. 

De mon parcours professionnel, en France, en Afrique, à Madagascar, de nouveau la France, il est clair que les femmes et les hommes veulent être traités(es) comme des êtres humains, elles/ils veulent être respectés(es). 

Je pense qu’il est bon d’effectuer un rapide retour en arrière. La Télévision en noir et blanc est partie de PARIS avec le 441 lignes, le 819 lignes, le convertisseur de définition à la Tour EFFEL (819/441 lignes), 625 lignes — T.V. couleurs — Multiplication des chaînes avec la diffusion hertzienne VHF et UHF, le câble, les satellites, puis les périphériques : cassettes vidéo, CD-ROM, CD-RW, DVD-ROM, etc, et l’émergence du numérique.

Au début les programmes étaient réalisés soit en direct, soit filmés, d’où deux réalisations tout à fait différentes.

Les réalisations de films nécessitent un sens artistique et des connaissances techniques, pour couper et coller les images ou séquences en assurant le synchronisme du son, c’est le montage. Celui-ci demande du temps, d’où un coût plus ou moins élevé suivant les réalisations.

A l’inverse les réalisations Télévisions ne nécessitent aucun des critères indispensables pour le film, pourquoi :

La Télévision est la transmission instantanée à distance, d’images, d’objets, de séquences, après avoir été analysés par points et par lignes par des moyens techniques appropriés suivant le nombre de prises de vues nécessaires, puis envoyer à la Régie afin d’être sélectionnés par celui que l’on appelle dans le jargon de la Télévision un réalisateur (ou réalisatrice).

Ce qui est ni plus, ni moins qu’un simple « Presse Boutons ». Vous prenez un gosse de cinq ans, filles ou garçons vous le mettez devant le pupitre vidéo avec en face les images à sélectionner. Après lui avoir montré la façon de les sélectionner, soit en appuyant sur le bouton correspondant, soit en faisant un fondu enchaîné. En une demie heure il aura très bien assimilé le procédé de Réalisateur (Réalisatrice) de Télévision.

Voilà en quelques lignes le dysfonctionnement qui contribue aux dérives et aux dérapages, en effet c’est dès le début que l’ensemble de la Télévision a connu cette inflation de dénominations, d’assimilations, avec le cinéma, ce qui n’a absolument rien à voir, c’est pire que le MAMMOUTH de l’Éducation Nationale cher à Claude ALLEGRE.

De toute façon, la Société France n’a que l’Audiovisuel quelle mérite, en particulier la Télévision.

Ayant appartenu à cette famille de l’Audiovisuel (Refusé d’entrer à EUROPE 1 à sa création), surtout de la Télévision avec une certaine passion. Je l’ai vécu de l’intérieur et pratiquement dès le début avec le 441 lignes et le convertisseur de définition.

C’est une grande aventure de l’après-guerre, plus importante que l’automobile, pour agir et intégréer dans les têtes les phénomènes de notre Société.

Près de 100 % des Françaises et des Français pensent que la Télévision a changé le comportement des personnes, des mentalités, de la vie tout court, c’est un élément majeur pour la liberté.

L’ayant vécu de l’intérieur, toutefois sans vouloir « cracher dans la soupe », j’ai établi un constat, une sorte de bilan sur la-communication à sens unique, du haut vers le bas.

De cette vie professionnelle en FRANCE, en AFRIQUE et MADAGASCAR pour le démarrage des T.V., et retour en FRANCE, toujours sur le terrain. Au contact de différentes cultures, traditions, de races, ce qui amène à mieux connaître les personnes d’où mieux les respecter (en exigeant la réciprocité). Ce qui n’a pas toujours été facile, il faut surmonter certaines types « d’agressions ». Alors le bruit autour des dérives et dérapages actuels, nous récoltons ce que l’on a semé.

Ce constat(ou bilan)établi au contact des populations, des politiques, des décideurs, des « élites » des professionnels, avec l’interface de la Télévision, est l’analyse effectuée auprès des démarrages des différentes Télévisions. En portant un jugement sur le comportement des individus englués dans leurs démagogies chroniques, leurs inconstances, souvent incompétents dans les emplois ou fonctions qu’ils occupent.
D’autres toujours prêt à se coucher, pour ne pas dire se prostituer.

Le résultat actuel est la suite logique de ce système devenu pervers, archaïque, incontrôlable, dû en grande partie à la politique qui n’a pas voulu mettre des personnes impartiales et compétentes aux leviers de commande.

C’était une succession d’hommes (même quelques femmes) s’accrochant aux basques du pouvoir, de la politique, des honneurs, de l’argent. Ces responsables mis en place, bouleversant, détruisant ce qui avait été mis en place par leurs prédécesseurs. Nous constatons le résultat, d’autant plus qu’aucune réforme de fond qui devrait tenir compte des Françaises et des Français ne sera jamais proposée, les privilégiés du système bloquent.

Ce qui a permis à une centaine de personnes de faire la Télévision actuelle, engluée dans le carcan du « marigot Télévision », qui nous a amené à la Télécratie que nous subissons.

Ces personnages se reproduisent, ils ne se renouvellent pas ou très mal, suivant les relations politiques ou de copinages, souvent les deux réunis.

D’où les rivalités, les animosités, les conflits de corporatisme et de chapelles, le mal dans leur peau, pratiquant les chassés-croisés d’un organisme ou d’une chaîne à l’autre, au gré, à la fantaisie, à la conjoncture du moment. C’est ce que nous avons actuellement avec notre Télévision(privée ou publique), d’où l’écart, le gouffre entre celle-ci et celles et ceux qui la regardent.

Avons-nous le choix actuellement ? La réponse est non. C’est un viol permanent des téléspectatrices et des téléspectateurs par une poignée d’individus.

A ce jour personne, surtout pas les politiques n’osent s’attaquer aux vrais problèmes de l’Audiovisuel, dont ces Télévisions verticales.
Ces Télévisions sont devenues des monstres obsolètes avec des budgets faramineux, aussi bien dans les investissements que dans le fonctionnement. Toutefois nous devons faire une différence entre le secteur public et le privé.

La Télévision Privé a son financement par la publicité, elle le gère. (Si TF1 n’avait pas eu à sa tête Patrick LE LAY, il y a longtemps que TF1 serait en faillite, je parle du point de vue financier. Pour le contenu, c’est un tout autre problème).

La Télévision publique fonctionne avec deux financements : la redevance, la publicité (ce qui est très discutable). Celle qui devrait être la vitrine de la Télévision Française, n’est devenue qu'un piètre ersatz des Télévisions Privées.

A l’ère du numérique ou l’évolution de la technologie bouge tous les trois mois environ (j’en ai fait les frais avec la Vidéo et l’Informatique), il est catastrophique de mettre pour CINQ ans les patrons des chaînes.

Pourtant c’est là qu’il faut le changement et non des « réformettes » qui permettent à cette poignée de privilégiés, de compétences la plupart douteuses, de continuer à nous chloroformer, nos abrutir.

C’est tout simplement de la Télécratie, dont les coûts sont très élevés pour moult raisons principales :
Salaires démentiels, non justifiés.

Cumuls de contrats, Actionnariats, propriétaires de Société de Productions( Animateurs-Producteurs) à qui on avance des capitaux pour créer leurs Sociétés, ce qui est un scandale, il y a eu malgré tout quelques remous, pas très importants et sans effets sensibles.

Ce qui aurait eu du panache de la part du CSA en premier, du gouvernement en second, pourquoi pas du Président de la République, de virer tous les acteurs en commençant par les Présidents et Présidentes des chaînes, des animateurs, des producteurs ayant fait acte de compromission.
En ayant le courage de l’expliquer à l’antenne, les Françaises et les Français l’auraient très bien compris. Dans la foulée faire venir vers Paris des femmes et hommes nouveaux, et en décentralisant les émissions. Toutes les régions de notre Pays ont de vastes ressources totalement inexploitées.

Il n’y aurait pas eu de séisme, simplement une mise à plat de l’Audiovisuel qui aurait retrouvé sa vocation. En évitant la création, la mise en place de commissions, de réunions, etc, pour accoucher de rapports alambiqués, la plupart inapplicables dans le système actuel. Ce qui va se produire avec les dérives et les dérapages actuels.

Coûts des productions très élevés, mal maîtrisés, mal gérés.

Objectifs à court, moyen, long terme, mal étudiés et mal préparés, et qui représente à leurs yeux pour ces pseudo-professionnels un travail de « génie ».

Il y a énormément de gaspillages, d’où des économies à réaliser de 10 à 15 % sur leurs budgets. Il faut arrêter cette hémorragie de dilapidation de l’argent des contribuables, pour des résultats dans certains cas contestables.

Le paiement de la redevance est à reconsidérer.

Toutefois, il faut reconnaître qu’il y a des émissions de qualité.

Il faut rééquilibrer le paysage Audiovisuel Français, celui-ci devrait se faire avec le numérique, cela sera long, même très long. A condition, de modifier notre Audiovisuel Français par la création d’une autre sorte de Télévision, comme en 1954 — 1955 pour la Radiodiffusion avec Europe 1.

Création d’une Radiodiffusion Européenne et d’une chaîne de Télévision Européenne(surtout que l’on nous parle pas de fréquences pas disponibles).

Ce qui navait pas été simple, les peaux de bananes recouvraient le sol.

En tenant compte de ce précédent, des Nouvelles Technologies, la réussite sera au bout. Le bilan de ces vingt dernières années n’est pas brillant ! C’est un développement débridé, non maîtrisé de L’Audiovisuel, dont la Télévision.

Le câble a englouti aux alentours de quarante milliards de francs, pour à ce jour les quelques millions d’abonnés. L’avenir du câble est-il compromis ? L'évolution de la technologie lui portera-t-il un coup fatal ?.

La confusion qui a régné dans la politique des normes : 441 lignes — 819 lignes — 625 lignes avec le noir et blanc, pour la couleur entre le PAL et le SÉCAM, la norme K* pour l’Afrique et Madagascar.

Le plan satellite tant prôné par la même corporation de nos personnages avec nos deux satellites TDF1et TDF2, a coûté plusieurs milliards pour un résultat médiocre, nul.

Le numérique s’installe à grands pas, il a eu raison du D2 MAC, dont on ne parle plus.

Le désordre du dirigisme de la politique Audiovisuelle de la FRANCE a conduit à une explosion des nouvelles chaînes hertziennes : Faillite « programmé » de la Cinq, remplacement de TV6 par M6, naissances des T.V. locales ou de proximité(que l’on ne veut pas aider), naissance d’Arte et de La 5, les cadeaux empoisonnés à Canal +, la liquidation à petit feu de la SFP, ce qui est scandaleux, elle pouvait être sauvée avec une ouverture plus grande des esprits vers l’extérieur en adaptant des moyens plus souples, donc moins lourds, avec des responsables honnêtes et compétents.

Il est à craindre que dans l’avenir les mêmes causes produiront les mêmes effets, le numérique ne sera pas au rendez-vous pour les Françaises et les Français, elles et (ils) seront encore une fois les « cocus » de l’Audiovisuel, particulièrement de la Télévision Verticale obsolète et perverse.

Alors que le numérique ouvre un boulevard pour de vraies structures nouvelles pour toutes et tous.

Mais nos élites et nos décideurs le veulent-ils ?

Tout ceci à vau-l’eau, suivant l’humeur du moment des Ministres et des Gouvernements, d’ailleurs à leurs décharges très mal conseiller par leurs entourages, au préjudice de la Société. Par contre, bénéfique pour eux-mêmes et leurs carrières.

D’ailleurs sur l’Audiovisuel, les candidats politiques ne s’expriment pas ou très peu, c’est évident un problème sensible pour eux, la crainte pour leur avenir. D’autant plus que le cartel Médiatico-Politique se retrouve dans les mêmes lieux, tels les restaurants : Chez EDGAR en son temps, Au FOUQUET’S, THOUMIEUX, FRANÇOISE, etc, les cantines ou aux « pinces-fesses » des Grandes Entreprises, avec les Grands Décideurs.

Avec le numérique il est grand temps de réformer en apportant un authentique changement en prenant en compte les vœux des Françaises et des Français, avec leurs participations. Afin d’obtenir une vraie Télévision faite avec elles et avec eux.

Cette réforme nécessite une véritable volonté pour le changement dans la vie de nos compatriotes, un vrai verrouillage existe par le haut.

Celles et (ou) ceux qui auront le courage, la volonté, la détermination de s’engager dans une vraie réforme de l’Audiovisuel Français (je précise Français), réussiront à redonner sa place à notre Pays dans le contexte International (on se fiche totalement des étrangers qui voudraient venir faire des études en FRANCE), ainsi qu’à solutionner des problèmes sensibles à l’intérieur du Pays.

D’où, entre autre, à quoi sert l’organisme C.S.A ? Celui qui devrait servir de levier de commande pour penser, réfléchir, proposer, pour une amélioration de notre Audiovisuel. On est loin du compte. Il en était de même des précédents organismes, la CNCL et la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle.

Les différentes Présidence, jusqu’à ce jour de cette fin du deuxième millénaire, n’ont pas beaucoup brillé par leur valeur et leur efficacité. A part, le m’as-tu vu des Présidents ou Présidente.

Il serait souhaitable que le prochain Président soit un personnage connu d’une implantation locale, possédant des capacités d’entrepreneur, de gestionnaire, de connaisseur de terrain de proximité.

La tâche ne sera pas facile, depuis des décennies, c’est le laisser aller total dans l’Audiovisuel avec la complicité totale des politiques qui sont incompétents, ils ne comprennent rien à l’évolution de la jeunesse. Ils ne voient que le pouvoir, l’argent, les honneurs, les privilèges. Quant aux promesses tenues, bonjour les dégâts.

Il ne fait pas de doute, l’avenir passe par l’Électronique(avec le numérique), l’Informatique, les Télécommunications, l’espace satellitaire, ce qui forme le contenu considérable : Audiovisuel, Multimédia, Internet, etc.

Le véritable enjeu en dehors de la technologie, de la technique, est bien le « contenu » entre les mains de quelques personnes (journalistes, intellectuels, politiques, toujours les mêmes, c’est ni plus ni moins que des clones), de Groupes, Rédactions de Presse, d’Organismes divers, qui représentent une centaine de personnes.

Cette centaine de personnes ne tient plus la route, elle a tendance à disparaître aux profits d’une dizaine de producteurs-animateurs pour des regroupements de structures, plus graves, par des ententes ou des achats à l’étranger de programmes plus ou moins nuls, débiles. Ceux-ci vont bientôt inonder, nos écrans.

Alors qu’en FRANCE et la Francophonie, il y a des idées à prendre, on entend par ci, par là, la création d’une chaîne TV francophone du type CNN. Je regrette beaucoup, vous êtes en retard de tout près de trente ans (05 avril 1973) date du projet remis au Président BONGO. CNN était devancé d’environ d'une dizaine d'année.  

Que doivent penser les téléspectatrices et les téléspectateurs lorsque dans les Journaux Télévisés, l’on passe d’un sujet nous montrant un SDF sous des cartons avec un triste commentaire et tout de suite après on nous annonce le CAC 40, à pris 2 point ou la bourse est en hausse, etc. Il faut tout montrer, avec des commentaires appropriés.

A chaque fois qu’il faut mettre en place un responsable de chaîne et même à la Présidence de France Télévision, on prend toujours dans le même vivier (on peut dire le même marigot), en croyant que de l’intérieur on connaît mieux les hommes ou les femmes. C’est le même vivier (marigot) dans lequel on va à la pêche, les espèces ne sont pas ou très mal renouvelées, les prédateurs y sont toujours omniprésents.

Ce n’était déjà pas valable il y a des décennies. A l’heure actuelle avec les Nouvelles Technologies, c’est totalement aberrant, on continue de marcher sur la tête.

Il y a de beaux jours pour les programmes étrangers, il ne fait pas de doute, à partir de l’année 2000 (qui n’est pas le prochain millénaire, mais en 2001) nous assisterons à l’échelon mondial à la naissance ou à la fusion de groupes qui donneront de super conglomérats autour d’Internet. Où se regroupera le contenu avec : l’Information, l’Audiovisuel, le Cinéma, les Télécommunications, la Presse, etc, enfin tout ce que représente « la-communication » avec un tiré.

L’ex-ORTF, même si elle existait. En ayant évolué normalement, elle ne ferait qu’une misérable figure présente dans cette COMMUNICATION.

Espérons que nos politiques et décideurs réagirons très vite en prenant enfin conscience de l’évolution des Nouvelles Technologies qui s’imposent de plus en plus rapidement et efficacement.

A moins que la jeune génération passe à une attaque sérieuse de l’Audiovisuel ! D’ailleurs, avec la bonne exploitation des Nouvelles Technologies, en tenant compte malgré tout des erreurs du passé. La réussite sera à l’arrivée pour le plus grand bien des Françaises et des Français.

Il est évident que dans une dizaine d’années l’analogique n’existera plus, le numérique aura pris le relais, la concurrence sera d’une nouvelle nature.

Un jour viendra bien où ce système de dictature de la-communication verticale s’auto-détruira en donnant enfin la parole aux Françaises et aux Français. Il sera remplacé par une véritable et efficace COMMUNICATION, avec entre autre une vraie Télévision Horizontale Locale ou de Proximité, c’est à dire une Télévision Citoyenne avec le CABLE HERTZIEN et d’autres moyens évolutifs (dont le numérique).

Le numérique étant l’avenir technologique pour le prochain millénaire, les appétits financiers sont aux aguets.

Il faudra être très vigilant, les mêmes erreurs du passé avec l’analogique, risquent de produire encore un décalage plus important entre ceux qui produisent et ceux qui regardent.

Nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet dans la page « an 2000 » au cours de cette année 1999.

Sur cette page je me serais répété en 1999 et en 2000, ce qui a changé, c’est la concentration des Sociétés de Production qui sont environ une dizaine. Elles distribuent des programmes fabriqués à la chaîne et intensivement, comme notre agriculture actuelle.

Actuellement la Télévision est à l’image de la grande distribution, la production est faîte pour vendre des produits de qualité douteuse par la publicité, les sondages, la pensée unique.

En 2002, pour les élections, le Président de la République risque d’être élu comme un simple paquet de lessive. Il y aura vraisemblablement beaucoup d’abstentions. Peut-être des surprises !

Que nous offre la Télévision, les images de l’Afghanistan en début des journaux TV, d’accord. Mais des vingt minutes comme à celui de treize heures sur l’A2, je dis non, d’autant plus qu’il ne se renouvelle pas. Il est en FRANCE, qu’il pense aux Françaises et aux Français.

Le contenu des émissions de variétés est pauvre, il n’y a rien, toujours les mêmes, c’est la course à l’audience, aux sondages, les téléspectatrices et téléspectateurs en ont marre. Comme il n’y a rien d’autre, on se contente de ce peu.

Il serait néanmoins souhaitable que les chaînes nous montrent leurs talents plus créatifs, enfin plus positifs !

L’on nous parle de la TNT (Télévision Numérique Terrestre), c’est évident que des réactions surgissent, les pour, les contres.
Il y a une analyse à faire entre le contenu et la diffusion.

Le contenu est celui que je pense avoir décrit sur le Site, (je ne vais pas encore me répéter), conçu par une poignée de journalistes, de groupes, de producteurs et d’animateurs, etc, qui monopolisent un système installé depuis la nuit des temps dans leurs seuls intérêts personnels, pas celles des Françaises et des Français, dont ils se foutent royalement, c’est la course à l’argent. Je le répète, c’est un développement anachronique.

La diffusion :

L’hertzien, les satellites, avec l’analogique, c’est les moyens classiques de diffusion depuis le début la Télévision, ce qui devrait durer encore une dizaine d’années, dont TDF a le monopole (jusqu’à quand ?), pratiquement à 100 %. Le câble est l’autre système de diffusion.

Le numérique vient d’arriver et de sortir les nostalgiques de la Télévision de leur léthargie, on ne peut arrêter ce que l’on appelle familièrement le « progrès ». Les palabres commencent, comme ils tiennent à leurs privilèges, leurs pouvoirs, tous les moyens, tous les procédés sont employés pour retarder le vrai démarrage officiel. Il est clair que des cinq chaînes et Canal +, l’on pourra passer aux alentours de quarante à cinquante chaînes (combien seront retenues, sur quels critères ?). Bien sûr, il y aura les gratuites, les payantes, certainement à la carte, etc.

En prenant de 0 à 100 le rapport du niveau sur la qualité des programmes actuels, il est aux alentours de 10 au-dessus de 0. Nous passerons rapidement à 5.

Pour arriver à 90 — 100, il y a un chemin considérable à parcourir. Ce n’est pas la faute des techniciens qui font leur travail correctement, la technique est en phase avec l’évolution de la technologie, des Nouvelles Technologies.

Il en va tout autrement des conceptrices et concepteurs des Programmes, de l’Information, pour le contenu.

Nous l’avons bien vu avec le développement du câble et des satellites dont CANAL Satellite, TPS, qui ont permis la multiplication des chaînes, donc des programmes pour combler les heures d’émissions. Le nombre des consommatrices et des consommateurs de programmes ne sont pas extensibles au gré ou à la fantaisie des politiques et des décideurs. C’est le résultat de la mauvaise Communication qui ne se fait que par le haut, qui ne tient pas compte des citoyennes et citoyens « lambda » du bas.

D’où la question :

La TNT (Télévision Numérique Terrestre) ne va-t-elle pas tuer l’ensemble de ce qui existe actuellement ?

La réponse :

OUI, si les programmes correspondent à la vraie demande pour le changement des contenus, des mentalités.

NON, si le contenu est le corollaire de ce qui existe, ce sera la grande course au fric, comme les sources de recettes ne sont inépuisables quelque soit le financement par la redevance pour le service public (qui en plus a un financement par la publicité), il en va de même pour le privé qui doit arriver au niveau maximum des revenus produits par la publicité. C’est le contenu qui en fera les frais.

Depuis disons un demi siècle, l’Audiovisuel, marche sur la tête, c’est tout et n’importe quoi par celles et ceux qui sont bien dans les basques des différents pouvoirs.

Au cours de ma carrière, combien de fois j’ai vécu ces exemples : un journaliste ou un monteur de films avait une idée pour créer une émission (quelque soit ses sensibilités de droite ou de gauche), à l’instant précis il était seul, le lendemain de l’accord ils étaient au moins cinq(5), une semaine après ils étaient une dizaine(10), après, c’était l’inflation galopante du personnel, des crédits, c’est l’effet boule de neige, qui va de paire avec les têtes qui gonflent, c’est l’ensemble de la Société qui est installé dans le gaspillage, la nullité, la médiocrité.

C’est les exemples que l’on donnent à notre jeunesse, après il ne faut pas être surpris en retour de la délinquance, de l’insécurité.

On ne cherche pas à évaluer au plus juste le montant des recettes en fonction des projets, on évalue un budget, avec des indications très souvent « bidons », dans l’enveloppe attribuée on réalise le projet.

Il en va de même à tous les niveaux de la Société, plus on monte dans la hiérarchie, plus il y a de dérives et de dérapages. On le voit bien avec les « affaires » qui pourrissent notre Société, on ne veut pas les résoudre, ils se tiennent tous et toutes par la barbichette. Ce qui se traduit par des gaspillages généralisés colossaux, alors la diminution des impôts, l’ordre dans la démocratie, bonjour les dégâts !

D’où la TNT risque de ne rien apporter dans l’avenir si une remise à plat du système n’est pas entreprise. Ce qui risque de creuser plus encore la fracture sociale, par l’augmentation de la fracture audiovisuelle.

Ayant assez parlé de la télécratie, pour ne pas encore me répéter, je vais prendre un peu de répit. Je vais me mettre en attente de la campagne électorale qui risque fort d’être nulle, les candidats n’auront que les mêmes promesses qui ne seront pas tenues. Alors !
Les candidats auront-ils les mêmes temps d’antenne ? Cela sera certainement un problème avec les candidats sortant qui mobiliseront les antennes.

Le tout se résume à un manque total de la-Communication. Nous venons de le voir avec les élections Présidentielles, puis l’après, il n’y a pas de responsables ni de coupables. C’est n’importe quoi.

A voir comment se prépare les législatives pour nous faire avaler la pilule, l’Audiovisuel n’en sortira pas grandi. Surtout la Télévision, soit celle du public ou du privé. Il est vrai que les nombreuses candidatures dont celles des inamovibles, les revenants du principe de la présomption d’innocence, le 21 avril est passé à la trappe.

Cela bouge à Canal + qui a bénéficié au départ d’avantages énormes : dont le réseau du 819 lignes, de divers avantages fiscaux. L’argent a coulé à flot, la source s’est ralentie, les réserves se sont épuisées, les vannes sont restées grandes ouvertes, les problèmes se sont posés. Il y a des responsables, certains ont payé, certainement d’autres suivront. Est-ce que ce sera une nouvelle affaire du type l’ex-5 ?. Bonne chance à ceux qui auront assez de courage pour reprendre la chaîne !

Quant à la Télévision Numérique Terrestre, il semble qu’il y a des bâtons dans les roues, l’on peut penser que rien ne presse dans le système actuel pour celles et ceux d’en haut qui sont en sont les bénéficiaires.

Le Premier Ministre Jean-Pierre RAFFARIN a le goût de la formule qui fait mouche, comme cette opposition assassine très bien vue entre la FRANCE d’en haut et la FRANCE d’en bas (qu’il entend incarner), celle d’en haut qu’il laisse aux arrogants, aux élites, dont les énarques. Il y manque l’Audiovisuel, avec la Télévision à 100 % d’en haut.

Lorsque l’on aura une Télévision d’en bas, ce qui se produira dans le temps, cela est inévitable, plus de 50 % des problèmes des Françaises et des Français trouveront les solutions les mieux adaptées, dont le changement des mentalités, par la dépollution des têtes.
Ce sera la vraie Communication intégrale sans espace laissé à l’abandon. Pour le moment la Communication est toujours celle d’en haut, le Premier Ministre a beaucoup de grain à moudre dans ce domaine.                                                                                           Cela ne pourra se faire qu'avec Internet, ce sera long, les castes et copinages, les mauvaises habitudes, le conservatisme sont les obstacles à notre pays.

Nous venons d’assister au bal des faux jetons avec l’augmentation des salaires des Ministres. Comme à celui des pompiers ce sont les mêmes qui dansent. Ils vont relancer la danse de la redevance avec une augmentation aux alentours de 3 %, son paiement autre que par le service de la redevance qui n’est qu’un mammouth obsolète et inefficace. Le tonneau des danaïdes a encore de beaux jours.

Ce qui est à revoir, c’est l’ambiguïté redevance — recette publicitaire, la répartition, les contenus.

L’augmentation de la redevance n’est plus à l’ordre du jour. Cela reviendra bientôt. Il faudra bien remettre à plat le financement de l’Audiovisuel dans son ensemble.

D’abord de la transparence sur les coûts des différentes émissions. Lorsque l’on voit un animateur producteur investir dans deux restaurants à la « mode », et dans une pâtisserie. Que ces trois entreprises ont déposé le bilan avec des passifs importants. Il y a des dérives et des dérapages quelque part, tout le monde à l’air de trouver ça très bien. Que pense le téléspectateur d’en bas ? Il en a simplement marre.

Le service public ne remplit pas son rôle.

Nous devrions connaître les coûts de toutes les émissions, la rémunération des animateurs et des producteurs, les salaires du personnel d’animation et des directions qui ne sont pas justifiés doivent être revus à la baisse. C’est scandaleux, ces salaires démentiels comparés à ceux rémunérés au SMIC.

Il y a des économies importantes à réaliser.

On entend aussi que certains « professionnels » voudraient que la redevance double. Où va-t-on ?

Nous devons constater qu’il y a quelques programmes intéressants, qui sont programmés à des heures indues.

La TNT (Télévision numérique terrestre) verra le jour dans quelques mois, dans quelques années ? Quant au contenu, en multipliant les chaînes, dans la logique actuelle, bonjour les dégâts.

Le sauvetage de l’Audiovisuel, en particulier la Télévision se fera par l’Internet à haut débit, surtout le très grand débit. Mais dans combien de temps ?

La Télécratie actuelle sera malheureusement omniprésente et veillera encore des lustres sur notre Société.

Pour une autre Télévision :


Il est évident que nous allons via Internet vers une autre distribution de l'image, ce qui représente des connexions a très très haut débit, bien supérieur à l’ADSL. D’où l’avenir de TDF est compromis à plus ou moins long terme, dans une disparition lente du type de la SFP. En effet, TDF n’évolue pas suivant les mentalités existantes, c’est dans la lignée de France Télécom, qui a un système trop lourd à porter, à réagir, un réseau pesant pour l’exploiter. D’où les coûts exorbitants qui sont répercutés naturellement sur les usagés.

TDF ayant le monopole de la diffusion, c’est bien là que le bât blesse. Le corporatisme, les réseaux, les castes, les chapelles, les clans, etc, bloquent tout ce système.

Toutefois, il demeure toujours l’éternel problème du contenu pour le bien de celles et ceux d’en bas, écrasés par celles et ceux d’en haut. D’où un manque total de Communication. Le Premier Ministre peut revoir sa Communication qui est archi-nulle. Toutefois pas pour tous !

Le problème restera entier pour le contenu même avec le très haut débit, c’est un système obsolète et pervers qu’il faut casser, le détruire.

Notre Président désire une chaîne de télévision Internationale, c’est encore un vœu pieu parmi tant d’autres, il l’aura. Le Premier Ministre est dans son rôle d’exécutant, il applique les règles et les orientations définies par le Chef. De toute façon, il est en retard d’une trentaine (30)d’années pour cette future chaîne qui ne sera qu’un ersatz de ce qui existe de notre Télévision publique et privée.

Il ne fait aucun doute que ; dans les structures et les conjonctures actuelles, de notre politique au ras des pâquerettes. L’accouchement sera douloureux, la future « CNN »qui ne peut qu’être au départ que de l’Information ne fera qu’une piètre chaîne par rapport aux chaînes internationales existantes, CNN, BBC, ARABES, etc.

Il y a intérêt aussi d’avoir une chaîne Européenne, nous avons une monnaie commune avec l’Euro. Pourquoi pas une Radio et une Télévision Européenne, c’est plus facile à créer qu’une monnaie commune.

L’ensemble de cette chaîne ne sera réalisé que dans le marigot des crocodiliens parisiens dans la mouvance de certains et les mêmes de la politique, de la publicité, des castes, des réseaux, etc. Qui réglera en finale l’addition ? C’est le contribuable, jusqu’à preuve du contraire. 

Un autre problème, et non des moindres, cette chaîne sera-t-elle visible par toutes les Françaises et par tous les Français ? Cela est bien celles et ceux d’en bas qui régleront l’addition ? Alors que nous sommes devenus le plus mauvais élève économique de l’Europe, problème que nous devrions régler avec le chômage en toute première priorité.

Je critique car j’ai vécu dans ce système pervers qui perdure, ce qui va à l’encontre de l’avenir de la France.

Je préconise une solution par la décentralisation, par une chaîne d’en bas, en tenant compte des moyens techniques à la disposition de nous toutes et tous. Je dis non à cette centaine de personnages, de ces nuls ou médiocres qui nous chloroforment et nous abrutissent.

Ils défendent seulement leurs intérêts personnels, ils se foutent royalement des françaises et des Français.

Notre Pays doit revoir en priorité sa Communication avec des bonnes fondations. Il faut arrêter ce pessimisme, ces informations fallacieuses, ces émissions d’un choix très douteux, etc.

C’est arrivé, la CNN à la Française est en marche, avec bien entendu, ce que j’ai toujours pensé. On prend dans le marigot de la TV publique et la TV privé, je tiens bien à préciser que dans ces deux TV, il n’y a pas que des médiocres. Comme dans un marigot, il n’y a pas que des crocodiles.

Les crocodiles vont se « bouffer » entre eux, que restera-t-il ? Pas grand chose pour notre Cher Pays, notre France.

C’est trop important, il faut demander aux contribuables s’ils sont d’accord pour financer une chaîne de TV identique à celles existantes et dans l’ensemble médiocres, ou une chaîne réaliste, créé normalement dans l’intérêt des femmes et des hommes, sans Tra la la, sans ostentation, être une chaîne positive, disons intelligente, une chaîne pour remonter le prestige de la France.

Cette chaîne doit aussi tenir compte de notre contexte national, qui doit inclure le problème des personnes issues de l’immigration qui sont devenus Français(es) habitant dans les banlieues. Celles-ci sont délaissées, abandonnées, livrées à elles-mêmes, par la politique du je m’enfoutisme, de l’incompétence, ce qui laisse la porte ouverte à tous les dérapages, toutes les dérives.

Là, attention danger ! le calme relatif du moment risque de produire une tempête, qui peut nous amener à une explosion.

Il faut un peu de courage, surtout pas de lâcheté, un référendum serait nécessaire avec les moyens techniques dont Internet.

Je vais droit au but, il faut décentraliser cette chaîne. C’est très facile, les moyens techniques sont là. La France donc l’armée a des terrains, il sont plus ou moins occupés. On peut en avoir une petite attribution sans gêner personne.

J’en propose deux : Le Larzac, celui du causse de Gramat-Rocamadour-Padirac (le camp de Viroulou). Pourquoi ces deux camps ?

La première raison, la dépollution des têtes intoxiquées, infectées, par la communication de la Télévision toujours d’en haut. Cette nouvelle chaîne doit être visible par les Françaises et les Français, comme devrait l’être les deux chaînes parlementaires(Sénat-Assemblée Nationale), les Conseils Régionaux, les Conseils Généraux, toutes les séances devraient être retransmises.

Vaste programme, attendons les réactions ?

Il ne faut pas s’attendre à des réactions, comme ce que l’on fait depuis des décennies dans tous les domaines, on le fait en catimini entres nous(ceux d’en haut). L’on ne peut pas dire que ceux et celles d’en bas n’ont pas voix au chapitre. On se fout pas mal de leurs avis, de leurs idées, de leurs connaissances du terrain.

Nous pouvons le constater avec la Radiodiffusion et la FM, depuis plus de vingt ans, nos têtes bien pensantes ne sont pas arrivées à mettre de l’ordre dans l’attribution des fréquences aux différents diffuseurs.

Je pense qu’une fréquence unique FM est indispensable pour Europe 1, les France (Inter, Culture, Musique, etc, quoique assez bien servies, à part France-Info), RTL, RMC Info, les chaînes régionales, il n’y a plus de problèmes techniques. Alors, c’est encore la dictature de l’incompétence et le privilège des castes, des élites, du « fric » ?.

Vers cette fin de 2003 , rien ne change dans le domaine de la Communication.

Comme ce qui est décrit ci-dessus, sur l’évolution de l’audiovisuel dont l’ADSL, je ne suis pas systématiquement contre, je suis assez réservé. Il y a d’autres solutions ( dont celle du MMDS déja décrit ci-dessus et dans ce Site, avec bien sûr l’évolution et les améliorations de la technologie depuis que j’ai connu cette technique dans les années 70 ). La technique est une chose, une matière concrète.

Le contenu est plus aléatoire, trop souvent il n’y a rien, c’est vide, incohérent, mais cela fait de l’audience, ça rapporte du fric.