Renouveau

16 août 2010
L'exemple nous arrive de Budapest

Une véritable rage de gagner :

Les Françaises et Français ont fini en tête du tableau des médailles lors des championnats d'Europe de natation. à Budapest.
Elles/ils ont obtenu 21podiums dont 8 en or. Un véritable feu d'artifice.

Par rapport au Football en Afrique du Sud, ils ont tenu leur rang et crevé l'écran.

C'est une équipe de copains et une victoire de copains.

Les bleus ont changé de peau et de statut.

La France a vécu des Championnats d'Europe inédits à Budapest qui l'ont propulsée la première Nation Européenne grâce à ses cadres et ses jeunes loups.





Si le sport actuel est le miroir de l'esprit des nations, il n'y a plus rien à comprendre.
Au mois de juin, les professionnels aguerris et l'équipe de France de football rentraient de la coupe du monde Sud - Africaine avec pour tout bilan, un fiasco moral et sportif, d'où un camouflet pour la France insupportable.

Leur trop fameuse grève de l'entraînement le 20 juin, symbolisant le premier, le fiasco moral.
Sur le plan sportif, leur piteuse élimination deux jours plus tard, soldait le second.
 
Quelques semaines ont passé, et voilà d'autres sportifs français et françaises qui collectionnent les prouesses des athlètes d'abord, qui rentrent des championnats d'Europe de Barcelone auréolés de dix huit médailles, un record, et de huit titres continentaux, y compris dans la discipline reine du 100 m et paradent joyeusement sur les Champs-Élysées, à l'instar des champions du monde "Blacks - Blancs - Bleus", du lointain Mondial de football 1998.

Les nageurs et nageuses ensuite, qui collectionnent ces jours-ci eux aussi titres et performances et éclaboussent de leur talent les bassins des championnats d'Europe de Budapest.

Certains, presque trentenaire, trouve là le couronnement de longues années d'abnégation, d'autres encore juniors, font irruption dans le palmarès international, d'autres encore confirment leurs exploits des jeux Olympiques de Pékin 2008.

Bref, athlètes, nageurs et nageuses français réussissent là où les footballeurs ont totalement échoué : Transmettre une conception du sport de haut niveau alliant, travail et passion, intelligence et plaisir; en incarnant un esprit d'équipe et une solidarité collective d'autant plus méritoire qu'ils pratiquent pour l'essentiel essentiel des sports individuels.

Le contraste est trop saisissant pour ne pas s'interroger sur l'échec des uns et le succès des autres.

Au-delà des individus - Un entraîneur, Raymond Domenech enfermé dans ses erreurs et ses entêtements, les stars du ballon rond aux égo sur dimensionnés.  C'est bien l'industrie planétaire du football et l'ahurissante spirale commerciale et financière dans laquelle elle est prise depuis des années qui semblent en cause.

On nous opposera les footballeurs espagnols, logés à la même enseigne mais champions du monde, eux. On nous objectera de même, que les publicitaires lorgnent depuis quelques années sur des icônes populaires que sont devenus quelques champions de la piste et de la piscine.

Il n'empêche. L'argent fou roi a bouleversé les systèmes de formation des footballeurs, couvés dès l'âge de treize ans dans des usines à champions, montés en graine trop vite et coupés du monde, quand la plupart des athlètes et nageurs restent attachés à leur famille, leur région, et leurs études.

L'argent fou à détraquer les esprits, va - t - il continuer à polluer les têtes ?.

Comment pourrait-il en être autrement quand on gagne quelques millions d'euros par an, alors qu'un double champion d'Europe de natation touchera environ 30 000 € de primes de la fédération ?.

Reste à espérer que les responsables du football français, nos politiques, prendrons le temps de méditer sur les raisons du succès des coureurs et des nageurs : Discrétion, Humilité, Plaisir, Esprit d'équipe.


Chez : lamakayette - politique